Édition en cours

Bifurcations !

Et si… D’après nombre d’écrivaines et d’écrivains, toute la science-fiction tient dans ces deux petits mots. Plus qu’un simple appel au délassement de nos imaginaires, ils symbolisent la possibilité pour notre monde et pour nos vies, à chaque instant, de devenir autres. Et si… les puissances de l’Axe avaient en réalité gagné la Deuxième Guerre mondiale ? Et si… l’expérience anodine du rêve nous transportait un beau jour dans un autre corps, une autre conscience ? Et si… je n’étais soudain plus capable de distinguer un humain d’un robot, au point de tomber amoureux d’une machine ? Autant de bifurcations dans la trame apparemment linéaire de nos existences, dont les œuvres de science-fiction ont su s’emparer avec brio : du Maître du Haut Château de Philip K. Dick (1954) au film Ex Machina d’Alex Garland (2015).

En 2021, l’équipe du Prix de l’Ailleurs a choisi d’explorer ces moments spécifiques où l’histoire et les individualités changent radicalement de trajectoire, pour le meilleur ou pour le pire, et dont le genre de l’uchronie incarne la forme la plus connue (mais pas la seule !). Écrivain.e.s en herbe ou confirmé.e.s, nous invitons vos imaginations à bifurquer : de l’humain vers l’animal (et vice versa ?), de la raison vers la folie, de la civilisation vers la barbarie, du désenchantement au bonheur… Autant de pistes pour honorer cette capacité propre à la science-fiction de faire réfléchir à une réalité alternative, afin peut-être de mieux appréhender la richesse de celle qui nous est propre.

Lauréats
1er prix : Florentin Certaldi, Dernier thé en Sibérie
2ème prix : Nicolas Alucq, La Dame ne fait pas demi-tour
3ème prix : Guillaume Rihs, Candidats minuscules

Sélection du jury
Tu Wüst, Echanges épistellaires
Alice Bottarelli, Allô Halo
Elsa Couderc, Archipel de lumières
Pierre Jean Ruffieux, XIX
Marie Vallaury, Au rire vous éveillerez
Tristan Piguet, Baby-on-chip
Hélène Durussel, L’échappée du 20 juin
Joël Espi, Djooli

Préface de Guilaine Baud-Vittoz et Jean-François Thomas
Participation critique d’André Ourednik, La bifurcation comme vue de l’esprit
Postface : Interview de Sabrina Calvo